S'identifier - S'inscrire - Contact

Vous êtes en mode lecture

Participez en commentant
Cliquez sur "nb commentaires" puis/ou sur "Commenter" en bas de l'article dans la nouvelle page qui s'ouvre.

Archives par mois


CSS

  
 


Evaluer les actions d'aide alimentaire

d'après le groupe de travail du Programme Aide alimentaire, Alimentation, Insertion

Par Isabelle Clep • La vie du réseau • Vendredi 27/07/2007 • 1 commentaire  • Lu 2794 fois

La gestion des demandes logistiques de masses au quotidien ne doit pas tendre à prendre le dessus sur la réflexion et la prise de recul nécessaires à l’amélioration des pratiques.

Quelques questions à se poser :
- Quels outils utiliser pour évaluer ?
- Quels est le bon moment pour une évaluation ?
- Comment associer les personnes bénéficiaires à l’exercice d’évaluation ?

Qu'est-ce que cela signifie ?

Les actions à évaluer peuvent être très diverses : une action, le volet d’un projet, le projet dans son ensemble, un mode d’organisation, des pratiques spécifiques, un dispositif inter-associatif au niveau local, un réseau de structures d’aide au niveau national, ou au niveau thématique….
On peut évaluer :
- quantitativement (par ex dépenses, répartition du budget…) ou qualitativement (objectifs, sens d’un projet).
- l’impact d'actions menées par le projet, la transformation induite par les actions (est-ce que l’attitude, le savoir être des personnes encadrantes a changé ? Est-ce que les modes de faire, l’organisation de la structure, la situation des personnes accueillies ont évolué ?)
- la capacité à faire évoluer les actions, la capacité à mobiliser des financements.
Évaluer consiste à :
- apprécier la qualité d’une action ou d’un projet dans le but de faciliter la prise de décisions.
- analyser des pratiques avec un regard extérieur, mais jamais « neutre », en lien avec les objectifs de la structure.
- identifier des moyens d’améliorer ces pratiques : les rendre plus efficaces au regard des objectifs.
=> l’action est décrite sous divers angles d’observation (critères), des éléments sont mesurés (indicateurs).
Il en découle un jugement argumenté, suivis de recommandations. Ces dernières peuvent très bien être discutées, voire remises en cause, mais c’est cependant le signe d’une défaillance de l’évaluation (mauvaise analyse, explication et transparence insuffisantes…).
Les statistiques et rapports d'activité donnent des indications sur l'évolution des activités mais ne constituent pas une évaluation.

Pourquoi ?

- Vérifier la qualité de l'action
- Faire le point, prendre un temps de réflexion
- Expliciter les objectifs, redéfinir le projet associatif
- Prendre des décisions sur l'orientation de la structure ou de l'action
- Lancer ou renouveler des débats au sein de la structure
- Informer ou renforcer la crédibilité des actions et la confiance des partenaires

Comment ?

- définir des critères d'évaluations : angles de vue retenus pour apprécier la qualité d’une action
- définir des indicateurs associés aux critères
- rechercher des sources d'information (terrain, entretiens individuels ou collectifs, questionnaires, rapports d'activité
- établir les conditions de mise en oeuvre : prévoir l'évaluation au plus tôt, la concevoir comme un exercice participatif, se donner le temps de la restitution, s'approprier les résultats

Qui évalue ?

- évaluation externe, extérieure à la structure : regard neutre
- évaluation interne, l'évaluateur appartient à la structure elle-même qui commandite une évaluation
- évaluation participative : les différents acteurs (salariés, bénévoles et bénéficiaires) y sont associés mis souvent les résultats sont édulcorés pour éviter les conflits
- auto-évaluation : certains représentants peuvent décider d'une évaluation interne

-> qui est à l’initiative de l’évaluation ? Qui en détermine la finalité ? Qui choisit les évaluateurs ? Qui définit les critères et indicateurs d’évaluation ?

Les 6 grands critères standard de l’évaluation

1) La pertinence : évaluer l'objectif du projet (logique d’intervention, finalité, principaux objectifs…).
2) La cohérence : évaluer la « manière » de faire du projet (sa cohérence interne et externe (en fonction de son contexte).
3) L’efficience : regarder si les moyens mobilisés pour réaliser l’action ou le projet ont été utilisés de façon optimum.
4) L’efficacité : apprécier les résultats immédiats en regardant s’ils sont conformes aux prévisions, répondent bien aux attentes.
5) L’impact : analyser tous les effets ou changements apportés par l’action dans différents domaines, et s'ils correspondent aux objectifs du projet.
6) La viabilité ou reproductibilité : vérifier que les outils et méthodes mis au point dans le cadre du projet vont pouvoir être réutilisés dans d’autres contextes et par d'autres acteurs

Télécharger le document du GRET
Mots-clés : ,

Partagez cet article


Commentaires

Lien croisé par Non signé le Jeudi 11/02/2010 à 21:35

Blog : "A.N.D.E.S le réseau des épiceries solidaires, le blog" - Bligg.fr : "0 commentaires1vote 1 clic"